cuisine, crochet, tricot... et autres

21 juin 2012

Adoption de coeur sans visa

adoption de coeurJe viens de terminer le coeur gros ce récit autobiographique écrit par Caroline Dupin Revel.

"Adoption de coeur sans visa" raconte la rencontre entre une jeune femme et son bébé au Mali. Mais c'est aussi la genèse de cette rencontre, l'histoire d'un couple, l'histoire d'une vie...

C'est un livre très émouvant, chaleureux qui décrit en toute simplicité l'amour, l'amitié, l'optimisme, la chaleur humaine... et les difficultés rencontrées quand on veut adopter.

J'espère de tout coeur que Caroline et son mari pourront un jour voir leur beau projet aboutir (plutôt deux fois qu'une) et qu'elle pourra écrire une suite à cette histoire.

 

 

PS : pour répondre à une question : oui c'est une histoire vécue

Posté par Odilus à 21:58 - lectures - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires sur Adoption de coeur sans visa

  • Est-ce une histoire vécue ?

    Posté par Flo, 22 juin 2012 à 20:29 | | Répondre
  • à propos des difficultés

    On rencontre ce genre de difficulté dans l'adoption quand on ne suit pas les procédures en vigueur, ce qui est le cas ici (encore faudrait il l'assumer).
    Ni le Mali ni la France ne pouvait légalement valider cette adoption puisque l'adoption individuelle en direct y est interdite depuis la ratification de la convention de la Haye.
    On Doit passer par l'Agence Française de l'Adoption qui transmet à la Direction Nationale de la Promotion de l’Enfant et de la Famille (DNPEF)autorité malienne compétente, qui sélectionne les dossiers des couples lors de comissions, et ne propose que des enfants adoptables selon la loi malienne (les enfants âgés de moins de cinq ans, abandonnés sans filiation connue et déclarés pupilles de l’Etat. » selon les lois maliennes Code de la Parenté (ordonnance N° 36, CMLN du 31 juillet 1973) Loi n°62.18 ANRM du 03.02.62 relative à la nationalité.

    Heureusement, on voit qu'on ne peut pas prendre avec soi un enfant comme ça sans rien respecter (notamment une adoptabilité juriquement reconnue)ni le choisir!(c'est pas la SPA, l'adoption sert à trouver une famille pour un enfant et non à chercher un enfant pour un couple)

    Ce genre d'histoires nuit encore une fois au familles adoptantes, tout comme l'Arche de Zoé. La conclusion dramatique est regrettable (si elle est vraie)mais les droits d'auteur permettront sans doute à ce couple de "prospecter" ailleurs puisque la France n'a pas jugé utile de leurs retirer l'agrément...

    Posté par Isa, 26 juin 2012 à 14:03 | | Répondre
  • Le commentaire précédent ne correspond pas du tout à leur situation, comme expliqué dans son livre c’est une « adoption-protection » qu’ils devaient faire pour leur petite Fanny. C’est bien légal et reconnu en France comme une délégation d’autorité parentale. Ils pouvaient donc élever légalement leur petite Fanny. L’AFA s’occupe pour le Mali uniquement d’ « adoption plénière » pour des enfants dont on ne connait pas leur famille de naissance, ce qui n’était pas leur cas. Connaissant sa famille de naissance c’était pour eux une « adoption-protection ».

    Posté par fifi, 27 juin 2012 à 00:20 | | Répondre
  • Le couple avait pour but l'adoption, pourquoi donc s'oritner vers une DAP?

    L'adoption-protection malienne dont vous parlez est assimilé en France à une délagation d'autorité parentale, ce qui ne donne pas droit à un visa adoption, l'adoption protection malienne ne peut pas être converti en adoption simple ou plénière en France (pour rappel Arrêt n° 17 du 12 janvier 2011 de la Cour de cassation,rejet d'une demande d'adoption simple de droit français suite à une adoption-protection malienne http://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/premiere_chambre_civile_568/17_12_18703.html)

    "Il est important de noter qu’une décision d’adoption-protection n’est pas assimilable en droit français à une adoption mais à une simple mesure de tutelle ou de délégation de l’autorité parentale. C’est pourquoi ce type de décision n’est pas visé dans ce document. Seuls les enfants bénéficiant d’une décision d’adoption-filiation pourront entrer en France au titre de l’adoption internationale.
    La décision prononcée par les autorités locales est une décision judiciaire."
    http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/enjeux-internationaux/adoption-internationale-2605/comment-adopter-a-l-etranger/les-fiches-pays/fiches-pays-adoption/article/mali

    S'ils souhaitaient faire une adoption protection de droit malien,assimilable à une DAP, pourquoi avoir fait une demande d'agrément en vue d'adoption? et si tout était clair dans cette DAP, pourquoi la France a bloqué l'entrée de l'enfant? La Mali a t'il accordé l'adoption-protection?
    J'avoue ne pas comprendre,puisque le titre du livre indique clairement "adoption sans visa", pourquoi donc parler d'adoption si il s'agit de DAP? Confondre les 2 sème le doute pour le lecteur potentiel (mais attire plus). Il ne s'agit donc pas d'adoption.

    Posté par isa, 27 juin 2012 à 16:03 | | Répondre
  • Le titre du livre est « Adoption DE COEUR sans visa », car cette petite fille Fanny a bel et bien été adoptée dans leur cœur.

    Le couple a passé l’agrément dans le désir de fonder une famille, d’adopter un enfant.

    Le hasard des rencontres et du chemin de l’adoption les a mené jusqu’à cette petite fille. Ils se sont donc renseigné sur les démarches à suivre, car la famille malienne souhaitait qu’ils l’adoptent et garder contact avec eux pour avoir des nouvelle de la petite fille. Ce lien de cœur fort entre les deux familles aurait pu être un plus pour cette petite fille qui aurait pu avoir connaissance de sa famille de naissance, de ses origines.

    Le Mali accordé l’adoption-protection, étant assimilé en France à une DAP (Délégation d’autorité parentale), tout était clair et légale. Du zèle étant fait vis-à-vis du Visa pour entrer en France, considérant cela comme de l’immigration…, un recours était envisageable pour faire valoir le droit du visa, la procédure allé durer plusieurs années.

    La longueur administrative pour envisager d’avoir le visa, rester dans les règles, ne pas passer au-dessus des lois, éviter que cette petite fille ne soit une « sans papier » (sans visa)…., à quelque peu conduit à ce drame… .

    Elle a voulu écrire ce livre pour que cette petite fille Fanny ne soit pas oubliée. Et aussi surement pour que son histoire puisse faire réfléchir sur les frontières des pays…., alors qu’on est tous des hommes avec un cœur, censé être égaux.

    Avec une DAP (Délégation d’Autorité Parentale), il est possible et légal par la suite quelques années après, de faire une Adoption simple ou plénière.

    Tout y est pourtant clairement raconté dans le livre.

    Posté par fifi, 27 juin 2012 à 20:59 | | Répondre
  • Et ben !

    Votre premier commentaire Isa m'a quelque peu choqué par son ton péremptoire. Avez-vous lu ce livre ?
    Pour ma part, j'ai effectivement pensé à un moment que Caroline et son mari allaient droit dans le mur en se rendant au Mali sans avoir eu d'apparentement au préalable. Cependant, comme le dit Fifi, l'adoption protection n'est pas la même chose que l'adoption. Si j'ai bien compris, Caroline et son mari avait l'agrément avant que la vie et les rencontres qu'on y fait les mettent en relation avec Fanny et sa famille.
    Fanny est entrée dans leur vie, dans leur coeur et leur histoire a existé, même brièvement.
    Ce livre me paraît un bon témoignage sur le fait que justement l'administration veille à ce qui se fait en matière d'adoption, sur le fait que l'amour ne suffit pas, sur la contrainte d'être très prudents dans les démarches. Mais parfois le coeur réagit plus vite que l'administration : nous ne sommes pas des machines et s'il fallait attendre le feu vert de l'administration pour aimer,le monde serait bien triste, et ceci est valable dans d'autres cas que celui de l'adoption.
    Et je précise qu'il faut, quelque soit les sentiments, respecter la législation et les procédures en vigueur, tant au Mali qu'en France, mais que ceci n'empêche pas d'alerter sur les possibles dysfonctionnement du système.

    Posté par Kaouenn, 28 juin 2012 à 23:03 | | Répondre
Nouveau commentaire