cuisine, crochet, tricot... et autres

13 septembre 2013

Dégustation de vins

C'est la saison : une fois les enfants casés à l'école, les feuilles qui commencent à tomber (celles des arbres et celles des taxes liées au logement), après les fournitures scolaires dans les rayons des magasins et avant les jouets... c'est le vin qui s'expose, se propose.

Nous, à notre atelier d'écriture itinérant, nous avons bousculé les saisons et notre dégustation nous l'avons faite aux premiers jours de l'été, fin juin. Pour l'occasion, et parce qu'il peut être dangereux de prendre le volant après avoir siroté quelques nectars, nous avions posé nos cartables dans un gîte fort accueillant du nord Morbihan... et oui nous nous sommes expatriés !

L'accueil fût charmant avec une hôtesse cuisinant fort bien et qui nous dispensât même un cours de yoga le dimanche de bon matin.

Bien sûr nous avons écrit, par exemple :

La Soaze avait tiré la bonne pioche quand elle avait fait l'acquisition de cette bicoque au Far-Ouest, adossée à un dolmen, entourée d'herbes folles.

Le villageois autochtone disait qu'elle ne valait pas tripette, que le coin était sauvage et que c'était par là qu'Isidore et Rita, les jeunes mariés maudits avaient disparu il y a longtemps.

La Soaze et Lulu avaient fait montre de patience. Les insouciantes étaient arrivées avec une charette où règnait le désordre. Elles avaient décidé de faire pousser leurs racines dans ce pays. Désormais elles ne chanteraient plus "O mon païs" mais ¨"O Breizh ma bro". L'épreuve serait peut-être difficile et longue, terminée la bohême. Tournicoti, tournicota, les demoiselles allaient définitivement se poser.

Leur voisine, Suzanne, la papesse de la bilig, les avait invitées à partager le verre des poêtes. Elle les avait appelées disant que quand on emménage il fait soif et que va piano va sano : elles pouvaient faire une pause. Elles s'étaient donc dirigées vers la maison rouge. Dans les rochers, le vent soufflait comme dans les grandes orgues, le ciel avait pris une teinte pourpre et la lande se parait en rouge et noir. Suzanne les attendait dans la petite robe violette qu'elles lui avaient déjà vu porter, un panier de fruits au bras.

Une esquisse d'amitié se dessinait, les pucelles pouvaient désormais jouer le prologue et l'arpège d'un avenir si rose... forever.

 

Le rapport entre l'écriture et le vin me direz-vous ? Et ben dans le texte ci-dessus tout ce qui est souligné est un nom de vin. Le but de l'exercice était d'arriver à faire un texte en utilisant le maximum de noms présents dans une liste remis par le professionnel du breuvage (Trink !), qui fournissait également la patience nécessaire à la création.

Ces vins sont fabriqués avec amour par de petits producteurs, ils sont bons, ne donnent pas mal à la tête ni à l'estomac (à consommer avec modération), ils ont des noms extraordinaires et des étiquettes magnifiques. Que du bonheur !

Bref ce fût sympathique, d'autant plus que chacun avait apporté son panier repas pour les dînettes du midi et que nous avons également dégusté les mets cuisinés par des mains qui savent manier les ustensiles de cuisine aussi bien que le crayon.

vin et écriture

 

Posté par Odilus à 21:30 - Ecriture - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires sur Dégustation de vins

Nouveau commentaire