cuisine, crochet, tricot... et autres

03 novembre 2019

Ne change jamais

ne change jamais

 

 

 

Marie Desplechin s'adresse aux jeunes dans ce "manifeste à l'usage des citoyens en herbe" : un regard lucide sur les comportements et les habitudes des adultes dans cette société où l'écologie est souvent abordée mais peu mise en pratique.

Différents thèmes abordés d'abord par l'adolescente, puis une analyse du problème et des solutions possibles et enfin le conseil "ne change jamais".

C'est joliment écrit, très joliment illustré et j'adore le ton résolument "ado" du texte.

Peut-être à faire lire aussi aux parents pour qu'ils voient comme ils vivent ?

 

 

 

Posté par Odilus à 17:55 - lectures - Commentaires [0]
Tags :

Terrienne

Terrienne

 

Lors d'une livraison pour le CDI du collège j'avais eu ce livre entre les mains et du coup je l'ai acheté lors d'un passage à la librairie Gwalarn de Lannion.

 

 

Un vieil homme prend en stop une jeune fille et la dépose à un croisement quelques kilomètres plus loin. Repassant plus tard sur cette route il n'arrive pas à retrouver le croisement. Mais il reprendra la jeune fille un peu plus tard à bord de sa voiture.

Jean-Claude Mourlevat nous conte une histoire qui sous un premier abord de normalité nous conduit vers un monde parallèle au nôtre, monde auquel peut accéder Anne a la recherche de sa soeur disparue un an plus tôt.

Tout au long de cette dystopie nous suivrons les aventures d'Anne, les dangers qu'elle va connaître, les amis, les ennemis. C'est terrifiant, angoissant mais terriblement humain : les sentiments sont à vifs.

J'ai beaucoup aimé ce livre... mais si un jour je passe sur cette départemenale entre Monbrison et Saint-Etienne je me méfierai des chemins de traverse !

 

 

 

 

 

Posté par Odilus à 17:49 - lectures - Commentaires [0]
Tags :

La ferme des Neshov

Terre des mensonges

Tor élève des porcs dans la ferme des Neshov, héritée de son père, de son grand-père. La vie n'est pas facile mais il accomplit les gestes quotidiens avec une certaine résignation.

Le jour où sa mère est hospitalisée puis décède, ses routines s'en trouvent bouleversées : ses frères qu'il n'a pas vu depuis quelques années rappliquent et surtout il fait plus ample connaissance avec sa fille Torum avec laquelle il n'a jusqu'à présent eu que quelques contacts.

La trilogie de Anne B. Ragde nous emmène dans cette ferme sise près d'un fjord norvégien où l'été est bref et l'hiver rude. Pendant quelques mois la vie des membres de cette famille éclatée va être profondément bouleversée et le lecteur découvre que tout n'est pas simple et que la mère décédée a eu bien des secrets pour ses enfants.

J'ai lu à la suite les trois volumes et on se prend d'empathie pour les personnages, leurs tourments, leurs vies. Les descriptions de l'auteur de la vie à la ferme sont bouleversantes (connaît-elle mon père ????).

 

Posté par Odilus à 17:41 - lectures - Commentaires [0]
Tags :

2019/44

semaine44

Semaine 44 : ça sent l'automne

Posté par Odilus à 17:16 - Photo - Commentaires [0]

2019/43

semaine43

Semaine 43 : ballade nantaise

Posté par Odilus à 17:15 - Photo - Commentaires [0]

2019/42

semaine42

Semaine 42 : Du côté de Fouesnant

Posté par Odilus à 17:14 - Photo - Commentaires [0]

13 octobre 2019

2019/41

semaine41

Semaine 41 : Cox orange

Posté par Odilus à 20:41 - Photo - Commentaires [0]

2019/40

semaine40

Semaine 40 : premières couleurs automnales au pied des Monts d'Arrée

Posté par Odilus à 20:40 - Photo - Commentaires [0]

30 septembre 2019

Au nom de la terre

Edouard Bergeon a grandi dans une ferme où la vie oscillait entre rires et larmes... et où son père a fini par se suicider après des années de galère à tenter de maintenir son exploitation viable.

"Au nom de la terre" est un film bourré d'émotion, qui retrace les aléas du métier d'agriculteur et la difficulté à faire face économiquement quand le monde s'emballe et qu'il en faut toujours plus : produire plus, travailler deux fois plus... et rester fier de son métier, de sa terre !

"Au nom de la terre" décrit bien le drame silencieux vécut par de nombreux paysans qui ne se reconnaissent plus dans ce qu'ils doivent faire au quotidien parce que la mécanique économique est trop bien lancée et s'emballe quelque peu.

"Au nom de la terre" c'est le regard que porte un tout jeune homme, encore adolescent, sur la vie que mène son père, sur les efforts que fait sa mère pour garder la tête haute, sur le devenir du métier et de la terre.

A ceux qui veulent comprendre pourquoi il y a tant de suicides dans les fermes, à ceux qui veulent comprendre la souffrance provoquée par l'impossibilité de vivre de son travail, de protéger sa famille, de garder la tête haute, mais aussi pour le talent des acteurs et actrices, pour les décors, pour la musique, je ne peux que conseiller d'aller voir ce film admirable.

 

Posté par Odilus à 20:43 - Cinéma - Commentaires [0]
Tags :

2019/39

semaine39

Semaine 39 : grande marée

Posté par Odilus à 20:31 - Photo - Commentaires [0]

 
Newsletter